Axe 1 – Signalisation calcique du remodelage cardiovasculaire

Canal TRPM4 et régulation de l’activité électrique cardiaque.

Sur la base de travaux antérieurs menés par Romain Guinamard, nous avons poursuivi notre recherche en électrophysiologie sur le canal ionique TRPM4. Nous avons montré son implication dans la régulation de l’activité électrique cardiaque, en particulier sur l’activité des cellules pace-maker du nœud sinusal (Hof T. Heart Rhythm 2013) et sur la durée du potentiel d’action atrial (Simard C. J Mol Cell Cardiol 2013). Nous avons aussi mis en évidence son implication dans les arythmies liées à l’ischémie-reperfusion (Simard C. British J Parmacol 2012), cont rôle dans la régulation de potentiel d’action sur le tissu conductif (Hof T. J Physiol 2016) et au cours d’une étude collaborative avons retrouvé son implication dans certaines canalopathies cardiaques telles que le syndrome de Brugada et les troubles de conduction congénitaux (Liu H, PlosOne 2013). L’ensemble de ces résultats fait de ce canal une cible thérapeutique potentielle.

Aldostérone et canaux ioniques.

En 2005, des travaux menés par Paul Milliez avaient suggéré qu’un hyperaldostéronisme était associé à une augmentation du risque d’arythmie (Milliez P. J Am Coll Cardiol. 2005). En utilisant la microélectrode sur un modèle de double cuve mis au point antérieurement par un membre de l’unité (Rouet R. Circulation 2000), nous avons mis en évidence le rôle pro-arythmique de l’aldostérone et celui anti-arythmique des inhibiteurs de l’aldostérone lors d’un épisode d’ischémie-reperfusion (Alexandre J. J Cardiovasc Pharmacol 2014). Nous avons dans un 2ème temps montré que cet effet impliquait le canal KATP et le courant IK1 (Alexandre J, PlosOne 2015), et que le canrenoate de potassium exerce ses effets anti-aldostérones par une action multi-canaux (J Cardiovasc Pharm Therap). Ces travaux permettent de mieux comprendre l’effet délétère de l’aldostérone à la phase aigue de l’infarctus mais aussi en période post-opératoire de chirurgie cardiaque (Alexandre J. J Hypertens. 2016) et nous conduisent actuellement à envisager le développement d’un agent d’imagerie fonctionnelle marquant le minéralo-récepteur.